Cartes 1/25000°

Cartes 1/10000°

L'étude

LEGENDE

 




DALLE N°29

Communes
Prades, Ria-Sirach, Codalet, Catllar, Campôme

Cours d'eau
Rivière de Caillan, la Têt, Rivière la Castellane, ruisseau la llitéra

Commentaire sur la zone : Avant d’arriver à Prades, la Têt traverse tout d’abord l’agglomération de la Lisse ou plusieurs ruissellements latéraux rejoignent son cours en menaçant parfois quelques habitations, puis celle de Ria où elle se trouve quelque peu encaissée dans le substratum (recouvert par des dépôts quaternaires) ce qui lui confère un espace de mobilité relativement réduit.

Après un cheminement sub-parallèle et sa confluence en rive gauche avec le torrent de Caillan, qui menace de ses débordements 2 à 3 habitations à proximité du Mas d’Avall (sur sa rive droite), la Têt atteint Prades dans une large plaine où elle commence à méandrer en creusant dans d’épaisses alluvions quaternaires.

La ville est construite en grande partie sur un niveau de terrasse parcouru par une série de petits affluents de rive droite de la Têt. Le ruisseau de la Basse présente la particularité d’être enterré dans la traversée du centre ville (il a été recouvert en 1885 entre la rue de la Basse et l’actuelle coopérative paysanne). Malgré la grande ouverture du souterrain qui parait bien dimensionné, on ne peut exclure des possibilités d’embâcles ou d’engravement obturant partiellement ou totalement cette ouverture et provoquant des débordements dans le centre ville. Le cheminement naturel du ravin a été cartographié en lit majeur, même s’il est masqué par l’urbanisation, tandis que les possibilités de débordement en souterrain ont été caractérisées par un aplat d’inondation potentielle par ruissellement. Dans le cas d’un événement hydrologique majeur, on peut également envisager des remontées d’eau au niveau du réseau de canalisation ou d’écoulement des eaux pluviales jusqu’en dehors des zones inondables.

Dans le proche aval de l’agglomération de Prades, la rivière poursuit un style en méandres ou parfois en tresse sur de courtes sections tout en conservant de fortes énergies, notifiées par la présence d’axes de crues au niveau des concavités, lors de crues inondantes. Sur ce parcours, et ce jusqu’à Marquixanes, plusieurs ravins affluents de rive gauche rejoignent la Têt et fournissent des apports latéraux en charge solide. Notons que parmi ces différents petits organismes, le torrent de la Sayne (vers le village de Catlar et le lieu dit Figuérals) menace directement le Mas Sabater, localisé dans l’axe de son cône de déjection. A l’approche de la retenue de Vinça (construite en 1976 et à la suite des leçons tirées de la crue historique de 1940 pour l’écrêtement des crues de la Têt d’une période de retour inférieure à 50 ans, l’irrigation et l’alimentation en eau potable avec une capacité de rétention d’eau de 25 milllions de m3), la Têt reprend un cours plus rectiligne et expose à ses débordements plusieurs parties de mas ou de hameaux localisés en lit majeur à lit majeur exceptionnel (notamment, Mas Gazé, Mas Fabre, hameau les Escalères, etc…).
Lors de la crue du 17 octobre 1876, les constructions de l’usine métallurgique furent endommagées (Gibraltar), les piliers du pont de Prades affouillés et le radier arraché. Le 9 novembre 1892, la Têt déborda à nouveau. En 1940, le pont de la N116 fut détruit, une maison en bordure du lit de la Têt en partie effondrée. Au pont de Catllar, le cours passa d’une arche à l’autre et le lit habituellement sinueux devint rectiligne. Au pont d’Eus, la largeur du fleuve fut considérable, le cours dévié et les eaux vinrent contre le mur de soutènement de la route. Toutefois, lors de cet évènement, ce sont surtout les affluents qui causèrent une majorité de dégâts. Les volumes de matériaux (boues) transportés lors de cette crue à Prades sont estimés à au moins 5 à 6 millions de tonnes (Pardé M., 1941). Enfin, le 2 octobre 1986, une crue importante de la Têt généra aussi des dégâts considérables dans la région de Prades.

Découpage par dalle du bassin versant

Zoom sur la carte du bassin

 

Référence du document utilisé SCAN 25 ® IGN - Paris-1999 autorisation n° 90-9068 http://www.ign.fr

 

 

Maître d'ouvrage : Diren Languedoc-Roussillon, Maître d'oeuvre : Ginger (cartes, rapport) , Salicorne (CD-Rom)